Coulemelle: ce champignon géant qui fait une bonne recette de cuisine

Parfois, le délice que vous cherchez quotidiennement en réalisant de différentes recettes est à votre portée sans que vous ne vous rendiez compte. La coulemelle est un de ces aliments fabuleux qui procurent une véritable sensation mielleuse et fondante à vos papilles. Pour profiter de la richesse gastronomique de ce champignon, il faut d’abord le connaître car, il y en a de toxique. Cet article vous aide à faire la part des choses.

A propos de la coulemelle, le champignon géant

La coulemelle est un champignon géant issu de la famille des Agaricacées et du genre Macrolepiota. Elle est très connue à travers le monde sous le nom scientifique Macrolepiota procera (la lépiote élevée). Son appellation varie en fonction des régions. Ainsi, elle peut prendre le nom de cocherelle, de coucoumelle, de boutarot, de coquemelle, de columelle, de golmelle et bien d’autres. Le champignon coulemelle pousse généralement dans la forêt et dans les milieux herbeux. Elle est très riche en vitamine, en zinc, en sels minéraux, en fer, en protéine, en acide linolénique et en fibres. Grâce à cette richesse, elle s’est fait une place dans la cuisine et dans la médecine. Son nom populaire dans la gastronomie est coulemelle.

Distinguo entre coulemelle comestible et coulemelle toxique

Attention ! Toutes les coulemelles ne sont pas mangeables. La coulemelle comestible est caractérisée par un chapeau de forme ovale et convexe. Elle a une couleur blanche portant un anneau coulissant. Elle a une taille comprise entre 10 et 40 cm et un diamètre de 1 à 2 cm. La coulemelle comestible peut pousser toute seule ou par troupeaux. Cela amène, si l’on ne prend pas garde, à la confondre avec la coulemelle toxique. Chers amoureux de la gastronomie, il n’y pas de souci à vous faire. Pour être à l’abri de la coulemelle mortelle, il suffit de ne pas cueillir les champignons de moins de 10 cm de hauteur.

Cela vous tente de savourer un plat de coulemelle ? Tenez cette recette.

Une recette de coulemelle

Le délicieux champignon coulemelle peut servir d’entrée ou de plat de résistance. Elle est un génie de la mutation et peut prendre plusieurs formes dans vos assiettes. Si vous voulez profiter pleinement de son goût irrésistible et fondant, prenez-la comme un consistant. Pour un plat de quatre personnes, il faut:

  • 1 kg de coulemelle
  • 20 g de beurre
  • du persil
  • une gousse d’ail
  • du poivre
  • du sel.

Pour la préparation, après avoir nettoyé les ustensiles, il faut bien nettoyer les coulemelles avec ou sans eau selon votre teneur en sel. Il faut ensuite enlever les pieds des champignons à cause de leur goût fade. A présent, coupez les coulemelles en tranches fines. Chauffez le beurre dans une poêle. Faites cuire les coulemelles de façon uniforme jusqu’à les vider de l’eau qu’elles contiennent. Ajoutez ensuite le persil, l’ail, le sel et le poivre pour l’assaisonnement. Laissez dorer pendant quelques minutes.

Et c’est fini !

Votre plat de coulemelle peut être accompagné de poisson ou de viande à volonté. Avec les pieds de coulemelle, vous pouvez faire de la soupe ou de la sauce. La coulemelle peut être donc mangée seule ou avec de la salade, des granites, des frites… Elle peut être même servie en sandwich.

Bonne dégustation !

ANAAFA devient ANAFAGC mais la vision reste la même

La profession d’avocat est noble. Mais quoi de plus triste que de voir du jour au lendemain le cabinet d’un brillant avocat disparaître à cause d’une mauvaise organisation de sa comptabilité. Aujourd’hui,  plusieurs cabinets d’avocats connaissent des crises répétitives de trésorerie. Vous êtes avocat sur le territoire français et vous voulez être à l’abri de ces défaillances de comptabilité. Une seule adresse: ANAFAGC, anciennement appelée ANAAFA. Cet article vous renseignera mieux sur cette association.

De l’ANAAFA à l’ANAFAGC

En 1977, les avocats ont créé l’association dénommée ANAAFA pour aider les avocats dans l’organisation de leur comptabilité. Depuis le 20 juillet 2016, elle est labélisée e-barreau. A partir du 1er Janvier 2019, l’ANAAFA s’est associée à l’Unagac pour donner l’ANAFAGC qui sous-entend Association de gestion et de comptabilité des avocats. Aujourd’hui elle couvre tout le territoire français. Le bénéfice de ses services est subordonné à son adhésion. Son objectif se résume comme suit: fournir assistance et conseil en matière sociale et fiscale et surtout en comptabilité à tous ses adhérents avocats soumis au régime des Bénéfices Non Commerciaux (BNC).

ANAFAGC, un réseau d’informations pour les avocats

On dénombre à la date d’aujourd’hui environ 18 504 cabinets d’avocats pour un total de plus de 21 005 avocats adhérents de l’ANAFAGC. Cela prouve à quel point cette dernière est la partenaire privilégiée des avocats en matière de gestion de leurs cabinets. L’Association est surtout précieuse pour les jeunes avocats. Elle les apporte une précieuse aide dans l’accomplissement des nombreuses obligations de déclarations auxquelles ils doivent souscrire. En vue de faciliter une bonne lecture des états comptables et des déclarations fiscales, l’ANAFAGC offre à ses adhérents de nombreuses formations sur le plan comptable BNC.

La structure informe régulièrement les adhérents en matière social. Ainsi, avec elle, la gratification stage 2018 a énormément évolué. Elle conseille également sur le Tese Urssaf et la déclaration des honoraires appelées Das2. Suite à l’interdiction d’utilisation des papiers pour effectuer la déclaration dépassant un certain seuil, l’ANAFAGC aide ses adhérents à le faire en ligne. L’expérience a commencé avec la déclaration impôt en ligne 2017.

Présentation de la gestion comptable

L’ANAFAGC offre un service de proximité à ses adhérents. Elle traite la question de la comptabilité des cabinets d’avocats de deux manières. Le traitement se fait soit sur présentation de pièce ou sur support informatique. Avec l’Association, la technologie est au service de votre comptabilité. Vous pouvez procéder à la révision et au contrôle de votre comptabilité et la réalisation de vos comptes annuels numériquement. L’ANAFAGC s’est dotée à cet effet d’un logiciel de traitement des dossiers appelé AIDAVOCAT avec une ergonomie simple.

Sur votre ordinateur configuré à ce logiciel, vous allez seulement saisir vos écritures comptables, fournir vos rapprochements bancaires et puis transmettre les copies de vos déclarations de TVA. Ce logiciel est un véritable faire-tout. Tout ce qui reste, l’ANAFAGC s’en occupe. Si vous optez pour le traitement manuel, il vous suffit de fournir les pièces de vos relevés bancaires, chèques, factures d’honoraires et dépenses. Les agents de la structure procèderont à leur saisie et vont établir vos comptes annuels. Tout se fait avec professionnalisme.

BASOL fait l’inventaire des sols pollués et appelle à l’action

La pollution des sols en France constituent un réel problème qui menace tout l’écosystème. Cela entraîne directement la pollution de la nappe phréatique, des produits agricoles destinés à la consommation humaine. Les causes de cette pollution des sols sont surtout liées au rejet des hydrocarbures sur les sols et déchets toxiques. Pour préserver la santé des populations et assurer la qualité des produits agricoles, le Ministère de la transition écologique et solidaire a créé BASOL. En avez-vous eu vent ? Quel est son objectif ? Quels sont ses apports à la lutte pour un environnement sain ?

Que signifie BASOL ?

BASOL est une base de données où sont enregistrés les lieux et sols pollués ou en mesure de l’être. Elle interpelle  les pouvoirs publics afin qu’ils agissent. Autrement dit, BASOL sert à répertorier les sites et sols pollués qui nécessitent l’intervention de l’État. En effet, cette base de données facilite les actions de dépollution et de décontamination des sols autrefois pollués. BASOL est facile d’accès sur Internet, en préfecture ou au service régional du BRGM. Cette facilité d’accès a pour but de faire savoir à la population locale les dégâts environnementaux des activités industrielles et l’utilisation des pesticides.

Objectif et fonctionnement de BASOL

L’objectif visé à travers la création de BASOL est d’abord d’informer les collectivités locales et ensuite de les encourager à mener des actions préventives (sensibilisation sur les dangers de la pollution des sols) et curatives (traitement, dépollution, décontamination des sites et sols pollués). Plusieurs sites ont été recensés et ensuite catégorisés par des codes couleurs. La couleur blanche signifie que la pollution est moins avérée mais qu’on ne doit pas ignorer l’idée que cela puisse l’être dans les jours à venir si des dispositions ne sont pas prises. Le vert donne l’assurance que le site est très peu pollué et ne nécessite pas de surveillance. Le rouge signifie que la pollution est imminente et que des évaluations doivent être faites pour traiter ces sites. Les autres couleurs dont le bleu et l’orange permettent de classifier les sites en correction ou en surveillance.

Intérêt de BASOL

Il existe en France deux inventaires nationaux à savoir BASOL et BASIAS. BASIAS est une base qui répertorie les sites présentant des risques élevés de pollution. Elle permet aussi de recenser les sites dépollués ou décontaminés. Donc, chaque site de BASOL dépollué est désormais transféré vers BASIAS. BASOL facilite l’accès à l’information sur les sols pollués avec leur niveau de pollution. Aussi, elle facilite la réhabilitation et la naturalisation des sites. 6838 sites ont été recensés dans BASOL depuis juillet 2018.